Reims, 1920.1930. Le Feu De La Création

Reims, 1920.1930. Le feu de la création

Exposition présentée au musée Le Vergeur du 18 mai au 10 nov. 2019

 L’exposition Reims, 1920.1930. Le feu de la création présente une sélection d’œuvres montrant la renaissance et le renouveau de Reims après 4 ans de bombardements et de destructions.

Reims a su se redresser grâce à la volonté et l’optimisme des habitants. Les artistes ont su rapidement restaurer le passé comme le grand maître Jacques Simon avec les vitraux de la cathédrale, mais aussi innover en faisant de Reims l’un des fleurons de l’art déco. Le terrible incendie de Notre-Dame de Paris projette aujourd’hui une lumière étonnement actuelle sur cette période… Reims, 1920.1930. Le feu de la création est la première exposition présentée au musée Le Vergeur depuis sa reprise en gestion par la ville de Reims, début 2019.

Pour sa première exposition au musée Le Vergeur, l’équipe du musée des Beaux-Arts de la ville de Reims, gestionnaire de l’établissement et de ses collections, s’est intéressée au pouvoir des arts dans l’histoire de la cité, au moment de sa reconstruction, après les désastres de la Grande Guerre.

C’est durant cette période difficile que Reims rassemble des forces vives pour redynamiser et rebâtir la ville détruite. L’Hôtel Le Vergeur en témoigne : il est un exemple concret de sauvetage par son propriétaire Hugues Krafft, fondateur de la Société des Amis du Vieux Reims.

Avec une cinquantaine de pièces appartenant au musée Le Vergeur, à la bibliothèque Carnegie et, essentiellement, au musée des Beaux-Arts, l’exposition évoque le visage de la ville dans les années 1920. Après une rapide présentation des lieux abimés et perdus, le visiteur pourra déambuler dans les rues en travaux, puis découvrir de nouvelles constructions… Tableaux, vitraux, dessins, affiches, verreries et ferronneries illustrent l’espoir d’une ville cherchant à reprendre la main sur son destin à travers un art vivant oscillant entre tradition et modernité avec des artistes tels Ernest Kalas, Jacques Simon, Paul Hubert Lepage, Adrien Sénéchal, Gustave Pierre, Jean Goulden, René Lalique, Paul Bocquet …

Energie artistique, après le désespoir

Reims, ville martyre, qui reçoit le 6 juillet 1919 la Légion d’honneur et la Croix de guerre des mains du Président Raymond Poincarré, sera reconstruite selon le plan proposé par George Burdett Ford, architecte-urbaniste américain. En août 1919, Reims ne compte plus qu’un tiers à peine de sa population d’avant-guerre. Le retour est difficile pour ces quarante mille habitants. Une fois les vestiges déblayés, les bâtiments destinés aux services publics sont rapidement reconstruits, les commerces et les maisons remis en état. Entre 1922 et 1923, on délivre à Reims plus de permis de construire qu’à Paris. Pour relever le défi de la reconstruction, un grand nombre d’entrepreneurs coopère avec près de quatre-cent architectes.

Aucun style n’est alors imposé et les propriétaires qui ont perçu les dommages de guerre, laissent libre cours à leurs goûts pour la rénovation ou la construction de leurs biens.

« Le feu détruit mais il symbolise aussi l’ardeur et la fougue, nécessaires à toute renaissance, qui à Reims est marquée, entre autres, par la création de l’Union rémoise des arts décoratifs, en 1922 par Ernest Kalas ». Arnaud Robinet, maire de Reims

« C’est cette énergie artistique, après le désespoir, que nous avons souhaité mettre en avant dans cette exposition. » Catherine Delot, directrice du musée des Beaux-Arts de la ville de Reims

Bienvenue au musée Le Vergeur

Le musée, qui porte le nom de Nicolas Le Vergeur, bourgeois du XVIe siècle enrichi grâce à la gabelle, se compose de deux corps de bâtiment datant des XIIIe et XVIe siècles.

Hugues Krafft (1853-1935), fondateur de la Société des Amis du Vieux Reims (SAVR) et personnalité ayant dédié son immense fortune aux voyages et aux arts, achète l’hôtel en 1910. Après la Première Guerre mondiale, il fait restaurer le bâtiment puis consacre le rez-de-chaussée au Musée du Vieux Reims. A sa mort, il lègue à la SAVR ses collections qui sont aujourd’hui exposées dans les salles des trois étages du bâtiment, au même titre que les dons effectués depuis 1935.

Le musée Le Vergeur présente des œuvres datant de l’Antiquité au XXe siècle et plus particulièrement 50 gravures d’Albrecht Dürer, un mobilier Renaissance et néo-gothique, ainsi que des œuvres d’Asie et d’Orient du XIXe siècle. Sont également visibles des salles en situation du XIXe siècle : chambre, cuisine, fumoir…

Dans le cadre du développement de sa politique muséale, et dans la perspective des travaux ambitieux qui vont débuter au musée des Beaux-Arts en fin d’année, le musée Le Vergeur a rejoint le giron des musées municipaux de la ville de Reims au 1er janvier 2019, afin de poursuivre et de développer l’œuvre de conservation menée par la Société des Amis du Vieux Reims.

A noter qu’à partir du vendredi 7 juin 2019, premier jour de l’évènement national « Rendez-vous aux jardins » (7-8-9 juin), le magnifique jardin du musée s’ouvre au public, en libre accès depuis la porte donnant sur la place du Forum, du mardi au dimanche de 14 h à 18 h.

Visuels disponibles en HD :

Paul Hubert Lepage
(Fumay, 1878 – Paris, 1964)
Reims : la reconstruction cours J.B.Langlet, 1924
Huile sur toile
91,5 x 72,7 cm
Legs Julie Martha Lepage, 1981
Inv. 981.21.59
MBA Reims, 2019 / photos ChristianDevleeschauwer
Paul Hubert Lepage
(Fumay, 1878 – Paris, 1964)
Rue de Reims en reconstruction, 1921
Huile sur toile
45,7 x 37,8 cm
Legs Julie Martha Lepage, 1981
Inv. 981.21.65
 MBA Reims, 2019 / photos ChristianDevleeschauwer

René Lalique
(Aÿ, 1860 – Paris, 1945)
Vase, vers 1910
Verre, moulage bivalve
Hauteur : 12,1 cm ; diamètre : 18,5 cm
Legs Louise Berthe, 1977
 MBA Reims, 2019 / photos ChristianDevleeschauwer

Ville de Reims