Reims veille Notre-Dame

Reims veille Notre-Dame

Arnaud Robinet réagit après l’incendie de Notre-Dame de Paris.

En signe de solidarité et en souvenir du malheur éprouvé jadis, Notre-Dame de Reims, petite sœur de Notre-Dame de Paris, se parera ce soir à partir de 21 heures d’un habit de lumière et d’un message : « Reims veille Notre-Dame » sur sa façade.

 « 2019, 1914 !

Aujourd’hui, Notre-Dame de Paris! Hier, Notre-Dame de Reims !

Alors victime des bombes en septembre 1914, Notre-Dame de Reims se transformait en brasier.

Aujourd’hui, un même squelette fumant, criant son martyr à la face du monde. 

Reims, en 1919, la ville décida que la vie devait rentrer dans le temple et que Notre-Dame devait retrouver sa splendeur. 

À Paris, la vie rentrera dans le temple. Ce travail sera long, mais il sera. 

À Reims, la solidarité mondiale avait permis la reconstruction.

À Paris, ce même élan permettra cette reconstruction. 

Reims, consciente de ce que représente un tel drame et solidaire dans cette épreuve, aidera à reconstruire le cœur de Paris.

L’ange de Reims a perdu son sourire mais nous savons qu’il reviendra avec la renaissance de Notre-Dame de Paris.

Notre histoire est aussi celle de deux villes solidaires dans le malheur puisque Paris, servit en 1918 de refuge à la ville de Reims assiégée sous les bombardements.

A ce titre, tous les Rémois, ont bénéficié de l’aide de Paris, pendant et à la sortie du premier conflit mondial, quand il s’est agi de faire renaître la ville de ses cendres.

La Ville de Reims participera donc à la souscription nationale à la hauteur d’un euro par habitant de la cité des Sacres. Ainsi chaque Rémois contribuera symboliquement à la reconstruction de Notre-Dame de Paris.

Par ailleurs, la Ville de Reims invite tous les Rémois à participer à cet élan national.

Je crois que notre Histoire nous marque par les solidarités qu’elle suscite, les malheurs en sont souvent à l’origine. Ils nous rappellent que nous sommes une Nation et que si les maisons peuvent brûler, nous savons les reconstruire, avec l’aide de tous. »

 

Arnaud ROBINET